22 mai 2019

Aux Archives départementales : Vernissage de l’exposition Emmanuel Ortiz

Aux Archives départementales : Vernissage de l’exposition Emmanuel Ortiz

Le Conseil départemental de l’Orne vous invite à pousser les portes des Archives départementales de l’Orne à Alençon pour y découvrir jusqu'au 31 août l’univers du photographe Emmanuel Ortiz.

Soyez le 1er à réagir Thème :

Le vernissage de cette exposition s’est déroulé mardi 21 mai en présence de Christine Roimier, vice-présidente du Conseil départemental, représentant Christophe de Balorre, président.

©CD61-2019

Une exposition, qui outre les œuvres d’Emmanuel Ortiz, accueille d’autres images liées au projet de jumelage-résidence d’Emmanuel Ortiz avec les Archives départementales de l’Orne et l’école publique de Condé-sur-Sarthe pour expérimenter une forme novatrice de médiation sur les fonds photographiques conservés aux Archives départementales de l'Orne. Un moyen d’ouvrir le regard des élèves sur la façon dont l'œuvre d'un photojournaliste contemporain et l'œuvre de photographes du siècle précédent, exploitent les potentialités artistiques du monde qui les entoure, tout en étant vecteur d’information. Dans la salle Philippe de Chennevière, ont été présentés les travaux réalisés avec les élèves de l’école élémentaire publique de Condé-sur-Sarthe, soit vingt-et-un clichés de Condé-sur-Sarthe, pris par les élèves, accompagnés d’Emmanuel Ortiz, à la chambre photographique. Les sites ont été  choisis en regard d’anciennes cartes postales ou photographies conservées par les Archives départementales de l’Orne ou dans des collections privées.

Cette opération permet de présenter le travail remarquable effectué par Emmanuel Ortiz, photojournaliste, reporter de guerre, qui a couvert le conflit des Balkans durant huit années.

En août 1991, il se rend pour la première fois en Croatie. Parti pour un mois, avec 11 dollars en poche, il revient à Paris huit mois plus tard. Les rédactions sont encore réticentes à couvrir sérieusement le conflit mais la guerre s’installe. Il se rend alors dans les Balkans huit mois par an, toujours en indépendant. Jusqu’à la fin du siège de Sarajevo, en 1999, et l’arrivée des troupes américaines de l’OTAN, il parcourt la Bosnie, l’Albanie, la Macédoine et le Kosovo.

L’exposition comporte 79 tirages noir et blanc sur papier Forté hongrois. Un travail qui a déjà été exposé à plusieurs reprises en France, en Allemagne, en Irlande, mais aussi en Bosnie-Herzégovine et en Croatie. Une œuvre qui a également fait l’objet de deux publications : Ex-Yougoslavie, 1991-1999, Le temps de comprendre (aux éditions Florent Massot) et  Broken Lights of Yugoslavia (aux éditions War photo ltd).

À découvrir également dans le hall, 14 portraits de femmes pris durant la guerre du Kosovo. Une installation de 14 tirages photographiques sur planches de chêne, déjà présentée à Montormel l’année dernière, dans laquelle le visiteur se retrouvera face aux regards de ces femmes.

Le photographe explique : « Le fait de mettre les photos en forme de parenthèses implique une notion d'enfermement. Enfermement dans l'attente de la fin de chaque jour, de la fin de chaque attaque. Enfermées dans un rôle apparemment passif, débordées en fait par les contraintes d'exil, de nourriture, d'incertitude et de peur. Douleur quotidienne des décès, des mutilations. Privées de futur et d'échappatoire, enfermées dans un moment de l'Histoire qui s'écrit dans le sang. Ces photos se situent en Croatie, Bosnie, Albanie, Macédoine et Kosovo, de 1991 à 1999. Mais je ne veux pas les légender. Je ne veux pas faire de différence entre ces Femmes, ni historiques ni géographiques. Une façon d'être "au-dessus" des conflits pour me concentrer sur les conséquences de la guerre sur les Femmes qui doivent supporter la furie et les injustices. Elles sont les porteuses d’espoir. »

Pratique :

Emmanuel Ortiz. Photographies
Jusqu’au 31 août 2019
Visite libre

Share Button