21 juillet 2008

Discours du 14 juillet

Fête Nationale Dimanche 13 juillet 2008, Place Charles de Gaulle, Alençon Halle aux Toiles, 17h15 « Renoncer à sa liberté, c’est renoncer à sa qualité d’homme, aux droits de l’humanité et même à ses devoirs ».

Soyez le 1er à réagir Thème :

Jean-Jacques Rousseau, Du contrat social, 1762, ce fameux traité de philosophie politique, cousu à même Les Lumières, place l’humain, au cœur de toute préoccupation publique. Ces textes portent, en germe, la Révolution de 1789 et inspireront directement, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Liberté, égalité, fraternité. Telle est notre devise. Puisse-t-elle demeurer, toujours, une réalité.

Monsieur le Préfet de l’Orne,

Monsieur le Maire d’Alençon et Président de la Communauté Urbaine,

Mesdames et Messieurs,

les élus,

chers amis,

chers invités,

je vous remercie d’associer le département de l’Orne à cette célébration de la liberté, si chèrement conquise.

N’oublions jamais qu’elle ne coule pas de source, qu’elle n’est pas un dû. Sa flamme doit être nourrie, de nos réflexions, de nos efforts, de nos concessions, de nos audaces, du respect des uns pour les autres. Voilà qui requiert une vigilance de chaque instant !

Cette liberté ne saurait exister sans responsabilité. Les droits. Chacun souhaite, légitimement, s’en prévaloir. Les devoirs… C’est autre chose. Ils seraient trop aisément oubliés.

Il nous revient, nous, élus du peuple, de réveiller, en permanence, la conscience collective, de la ranimer, de la raviver !

De transmettre, aux jeunes générations, des valeurs, somme toute, simples et naturelles : un attachement profond et sincère à son pays. À tous ceux qui ont eu la force et le courage de défier l’arbitraire, l’oppression, la fatalité. À tous ceux qui ont conçu et signé ces textes fondateurs que sont les Constitutions, définissant un droit de l’Etat, et l’équilibre des pouvoirs, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen…

À tous ceux qui ont bâti l’Europe, sur un idéal de paix et de concorde. Quand bien même cette Union ne serait pas parfaite, elle est indispensable. Elle est l’affaire de tous. Ensemble, aidons-la à vivre, à s’épanouir, à prospérer !

La fête Nationale doit être un jour de liesse, de communion. Que de réjouissances nous attendent, à partager, en famille, entre amis. Feux d’artifice, bals… Tissons, forgeons, cette France qui réussit, cette France généreuse, conquérante, plurielle et unie, ouverte, vive et sereine, qui trouve sa juste place, dans le concert des nations.

Je vous souhaite, à toutes et tous, un merveilleux 14 juillet !

Alain Lambert Président du Conseil général de l’Orne

Catégorie :

Share Button