Actualités du président

11 juillet 2018

À Nonant-le-Pin : suppression des passages à niveau 104 et 105

À Nonant-le-Pin : suppression des passages à niveau 104 et 105

Christophe de Balorre, président du Conseil départemental de l’Orne, Bertrand Deniaud, vice-président de la Région Normandie, Emmanuèle Saura, directrice territoriale SNCF Réseau Normandie et Chantal Castelnot, préfète de l’Orne, ont inauguré mercredi 11 juillet la fin des travaux liés à la suppression des deux passages à niveau de Nonant-le-Pin.

Soyez le 1er à réagir Thème :

L’État, La Région, le Département et SNCF Réseau (anciennement Réseau ferré de France ou RFF) ont financé le coût des travaux, commencés dès 2014 et maintenant achevés.
Le Département a engagé des travaux de suppression des passages à niveau 104-105 de la ligne Paris-Granville, à Nonant-le-Pin. Ces passages à niveau préoccupants, ont été remplacés par un pont unique au-dessus des voies ferrées pour la RD 438 (route de Rouen), et par un barreau routier reliant la RD 926 à la RD 438 au sud de la voie ferrée. Les travaux se sont déroulés en plusieurs phases au cours des quatre dernières années.
À mi-juin, une dernière phase de travaux a concrétisé le « début de la fin » de cette opération : elle a consisté à fermer le passage à niveau de la RD 926 et renvoyer le trafic sur le nouveau pont construit au-dessus de la RD 438. La circulation des véhicules se fait dans la configuration finale.
La fin complète des travaux a eu lieu dernièrement avec des finitions et la remise en état des lieux (démolition de voiries provisoires). Restent les aménagements paysagers qui interviendront à l’automne.

 suppression des passages à niveau 104 et 105

Des travaux déclarés d’utilité publique pour supprimer des passages à niveau préoccupants

Suite à deux accidents graves survenus en 2008 sur des passages à niveau à Neufchâteau (88) et à Allinges (74), le plan d’action « Bussereau » est mis en place par l’État et SNCF Réseau, pour recenser en France les passages à niveau prioritaires et engager leur traitement dans un délai de 10 ans, avec une participation financière de 25 % de l’État et 25 % d’SNCF Réseau.
Trois d’entre eux se situent dans l’Orne sur la ligne Paris-Granville : deux à Nonant-le-Pin (PN 105 et 104 sur les RD 926 et RD 438) et un à Argentan (PN 85) ayant fait l’objet d’une sécurisation.
Pour les PN de Nonant-le-Pin, ce sont 23 heurts d’installation et collisions qui ont eu lieu au passage à niveau 104 et 36 heurts d’installation et collisions au passage à niveau 105 entre 1978 et 2006, dont 6 collisions avec un train pour les PN 104 et 105.
Les deux routes départementales concernées par les passages à niveau supportent en effet un trafic important avec un taux de poids lourds élevé voire très élevé : en 2016, 3 640 véhicules par jour avec 27% de poids lourds pour la RD 438 et 3 570 véhicules par jour avec 15% de poids lourds pour la RD 926 (983 PL/j sur la RD 438, 535 sur la RD 926).
Mais bien avant le plan Bussereau, la suppression des deux passage à niveau de Nonant-le-Pin était déjà envisagée par l’État au titre de la sécurité des routes nationales n°26 et 138. De multiples variantes de tracé pour les rétablissements des voiries ont été étudiées par les services de la DDE jusqu'en 2003-2004, sans aboutir à l'époque sur le choix d'une solution technique faute de consensus local.
Suite au transfert des deux ex-RN en 2006 au Département, RFF s’est rapproché des services du Conseil général de l’Orne pour mettre en application le plan « Bussereau ». Le dossier a donc été repris en 2008 par le Département. Les études techniques ont été entreprises par les services du Conseil départemental en étroite liaison avec RFF et la SNCF, pour aboutir à la proposition de solutions techniques au Département et à la commune.
En 2012, le Conseil municipal de Nonant-le-Pin et le Conseil général délibéraient dans le même sens pour approuver la solution technique, qui a ensuite été présentée au public lors d’une réunion d’information le 11 juillet 2012.
Le projet retenu tant par la commune que par le Conseil général et qui a été réalisé est une solution avec un pont-route unique pour la RD 438 (passage de la RD 438 au-dessus du rail). La RD 926 étant raccordée sur cette RD 438. De plus, l’actuel carrefour à feux du centre bourg est transformé en carrefour giratoire.
Le projet a permis à la fois le maintien de la circulation des poids lourds et convois exceptionnels, la circulation locale et également celle des piétons pour lesquels plusieurs cheminements sont prévus, dont un passage sous la RD 438 pour la rue du pont d’Eu.
Après enquêtes publiques en juin-juillet 2014, le Commissaire enquêteur a rendu un avis favorable sans réserve. La déclaration d’utilité publique a été prononcée par arrêté préfectoral du 8 décembre 2014.

Un partenariat technique et financier entre l’Etat, la SNCF, la Région et le Département

Le coût global de l’opération était évalué en 2012 à environ 7,8 M€ hors taxes. Une convention de financement entre l’État, Réseau Ferré de France, la Région Basse-Normandie et le Département a été signée le 16 mai 2013 pour définir les conditions des études et travaux à mener et les conditions de financement pour chaque partenaire. Cette répartition est la suivante :

  • État : 25 %
  • RFF : 25 %
  • Région : 25 %
  • Département : 25 %

PRATIQUE :

Les travaux ont concerné  à la fois les routes départementales et les voies ferrées.

Travaux routiers

Les travaux du giratoire central de Nonant-le-Pin

L’opération a débuté en 2014 par la transformation du carrefour du centre-bourg en giratoire, pour faciliter la circulation à ce carrefour, notamment en prévision des Jeux équestres mondiaux.

Mise au point du projet – acquisitions foncières

Pendant l’année 2015, le projet détaillé a été mis au point et les appels d’offres préparés. Les acquisitions foncières ont été entreprises et finalisées, toutes à l’amiable, notamment pour les trois maisons situées aux angles du PN de la RD 438, dont la démolition était indispensable pour le projet.

Libération des emprises

Préalablement aux travaux, des fouilles archéologiques d’évaluation ont eu lieu après les récoltes 2016. Des découvertes archéologiques ont nécessité des fouilles approfondies à l’été 2017.

Travaux - planning

Après appels d’offres européens, les travaux principaux ont été réalisés par deux entreprises :

  • Les terrassements, chaussées, assainissement par EUROVIA Normandie, pour un montant total d’environ 2 M€ HT ;
  • L’ouvrage d’art au-dessus de la voie ferré par LEPINE TP, pour un montant total d’environ 900 000 € HT.

Les travaux se sont déroulés en plusieurs phases :

  • Réalisation de la liaison RD 438-RD 926, mise en service début 2017. La circulation de la RD 438 a été renvoyée sur la RD 926, ce qui a libéré la zone de travaux du PN 105 de la 438 ;
  • Construction de l’ouvrage pour la RD 438 au-dessus des voies ferrées ;
  • Construction des remblais nord et sud RD 438 puis de la chaussée et des équipements (glissières, panneaux, peinture) ;
  • Mise en service du pont de la RD 438, basculement de la circulation de la RD 926 sur la RD 438, et fermeture du PN de la RD 926 ;
  • Finitions diverses, démolition du carrefour giratoire provisoire sur la RD 926 à l’extrémité est du projet.

Les aménagements paysagers interviendront à l’automne.

Travaux ferroviaires

Les travaux du périmètre ferroviaire consistent pour les deux passage à niveau en :

  • La dépose des platelages ;
  • La substitution des traverses, des joints de dilatation des rails ;
  • La réalisation des soudures ;
  • La libération des zones et la dépose des limitations temporaires de vitesse ;
  • Le rétablissement des pistes et la pose de clôtures et de portails.

SNCF Réseau a aussi apporté son concours aux travaux routiers, notamment en assurant la sécurité ferroviaire.

Coût global de l'opération

Le coût final global du projet pour les périmètres routier et ferroviaire est à ce jour d’environ 6 M€ TTC, études, acquisitions foncières et travaux, y compris aménagements paysagers, soit très en dessous des coûts prévisionnels de la convention (7,8 M€ HT).

Share Button