23 mars 2018

Session du Conseil départemental du 1er trimestre 2018

Session du Conseil départemental du 1er trimestre 2018

Le Conseil départemental s’est réuni pour sa session plénière du premier trimestre, ce vendredi 23 mars 2018, sous la conduite du président Christophe de Balorre.

Soyez le 1er à réagir Thème :

Parmi les décisions prises, la reconduction du taux de la taxe foncière, qui n’augmente pas pour la 22e année consécutive, le vote de très nombreuses subventions, l’affectation de plus de 2,1 M€ au programme départemental d’insertion et l’adoption du nouveau schéma départemental enfance-famille 2018- 2022.

Finances – Fiscalité

Le taux d’imposition départemental reconduit pour la 22e année consécutive

A la suite de la réforme de la fiscalité locale, les Départements ne perçoivent plus, depuis 2011, qu’un seul impôt local : la taxe foncière sur les propriétés bâties.

Pour 2018, le Conseil départemental a décidé de maintenir son taux à 27,07%. S’agissant des bases, elles subissent une augmentation forfaitaire dont le taux n’est pas encore connu (0,40% en 2017) ; pour la première année, il n’est pas fixé en loi de finances mais calculé en fonction de l’évolution annuelle de l’indice des prix à la consommation.

Le projet de budget départemental 2018 intégrait une évolution globale prévisionnelle des bases de + 2,18% (+ 1,72% en 2017), comprenant à la fois l'évolution légale (forfaitaire) et l'évolution physique (réévaluations individuelles et imposition de nouvelles constructions).

Les bases d'imposition 2018 ainsi que le montant des compensations attribuées par l'Etat n'étant pas encore connues, le Conseil départemental a décidé de maintenir ses prévisions : reconduction du taux de la taxe foncière sur les propriétés bâties de 27,07%, qui n’augmente pas pour la 22e année consécutive ; produit fiscal sur le foncier bâti pour 70 200 000 € et compensations pour 3 645 000 €. D’éventuels ajustements pourront être décidés par l’Assemblée départementale lors de la session du mois de juin.

Revenu de solidarité active (RSA)

2,1 M€ pour des actions d’insertion adaptées aux besoins des publics

Responsable de la politique d’insertion des bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA), le Conseil départemental doit décliner une offre d’insertion adaptée aux besoins des publics sur tout le territoire départemental. Pas moins de 2, 1 M€ (2 M€ en 2017) sont consacrés au Programme départemental d’insertion (PDI) décliné autour de différents axes : ateliers de formation de base (98 460 €), mobilité (182 740 €), insertion sociale (25 517 €) et professionnelle (117 970 €), marchés publics d’insertion « primo sociale », « primo professionnelle » et « coaching pour l’emploi » (449 630 €), chargé de mission Pacte territorial d’insertion (30 636 €), ateliers et chantiers d’insertion (1 240 536 €), aide à l’investissement (100 000 €).

Plusieurs axes sont privilégiés, dans un cadre maîtrisé des dépenses et avec un objectif d’efficience : le maintien des subventions aux ateliers de formation de base, aux associations intermédiaires et aux pôles mobilité ; l’optimisation des subventions vers les ateliers et chantiers d’insertion ; la mise en œuvre d’actions à destination des publics migrants, autour de l’apprentissage de la langue et de la citoyenneté, dans le but d’éviter toute installation durable dans le dispositif RSA.

Enfance - Famille

Un nouveau schéma pour mieux prévenir les difficultés et apporter des solutions nouvelles aux jeunes bénéficiaires et à leurs familles

Le Conseil départemental a adopté son nouveau schéma d’organisation sociale et médico-sociale pour la prévention et la protection de l’enfance (2018-2022). Il a été élaboré en partenariat avec les acteurs institutionnels, après analyse du bilan du schéma précédent, avec la volonté d’articuler au mieux la nouvelle politique avec l’ensemble des dispositifs existants. Les orientations visent à diminuer les situations familiales et d’enfants « à risque » et à apporter des solutions nouvelles aux bénéficiaires de mesures de l’Aide sociale à l’enfance.

Le nouveau schéma départemental enfance-famille doit contribuer à la mise en œuvre d’actions spécifiques et appropriées, pour lesquelles des indicateurs de réalisation et d’impacts ont été fixés. Quatre orientations majeures ont été définies pour :

  • mobiliser l’ensemble des ressources du territoire et coordonner l’intervention des acteurs contribuant à la mise en œuvre de la politique en faveur de l’enfance et de la famille ;
  • renforcer la prévention des difficultés éducatives dans une logique de soutien à la parentalité ;
  • favoriser la mise en œuvre de parcours cohérents et co-construits avec les familles et les partenaires ;
  • adapter les réponses aux besoins des familles afin de favoriser la mise en œuvre de parcours individualisés.

Urgences médicales

Le Département agit et accorde plus de 555 000 € pour l’hélicoptère du SAMU 61 et le Centre 15

Le SAMU de l’Orne a été créé en octobre 1981. La participation des médecins libéraux ornais à la gestion des appels a permis, avec l’aide financière du Conseil départemental de l’Orne, la mise en place du Centre 15 en 1993. Ce service gère plus 380 000 appels entrants-sortants pour environ 70 000 dossiers patients par an. Il est une plateforme médicale territoriale réunissant médecins urgentistes et médecins libéraux dans un solide et respectueux partenariat pérennisé depuis un quart de siècle. 

Avec les sapeurs-pompiers du SDIS 61, le SAMU-Centre 15 constitue une plateforme commune virtuelle « 15-18 » grâce aux liaisons informatiques, téléphoniques et radiophoniques.

Pour 2018, près de 200 000 € ont été alloués au centre hospitalier (CHICAM) AlençonMamers, au titre de la participation du Conseil départemental pour le fonctionnement du Centre 15, plateforme de réception des appels d’urgence médicale.

C’est aussi le Conseil départemental qui a permis la mise en place dans l’Orne des transports sanitaires héliportés à H24, dès 1993. L’Heli Smur prend en charge annuellement plus de 500 patients en « Urgence Absolue », en parcourant environ 120 000 km.

L’Héli SMUR intervient en appui aux SMUR terrestres du département, et constitue donc un des maillons de l’Aide Médicale Urgente en complémentarité avec les sapeurs pompiers et les ambulanciers privés. En cas de « pronostic vital engagé », cet outil permet d’économiser un temps médical précieux, en particulier dans un département rural éloigné des plateaux techniques spécialisés.

361 680 € ont été alloués par le Conseil départemental pour l’hélicoptère du SAMU 61, basé au centre hospitalier d’Alençon, afin de contribuer au financement des transports sanitaires d’urgence héliportés sur l’ensemble du territoire ornais.

Dans une période marquée par la recrudescence des accidents, le Conseil départemental a octroyé une subvention de 4 200 € à la Prévention routière de l’Orne dont les actions touchent un très large public, notamment les jeunes avec l’organisation des pistes d’éducation routière (CM1-CM2), et la préparation des collégiens aux examens ASSR (Attestation scolaire de sécurité routière). Les assistants familiaux et travailleurs sociaux bénéficient d’actions spécifiques d’information et de formation, ainsi que les personnes âgées (stages de remise à niveau).

Personnes âgées

Près de 150 000 € pour la réhabilitation de 98 logements en résidences autonomie

Dans le cadre de son schéma autonomie, le Conseil départemental a créé en 2017 deux nouvelles aides à l’investissement pour les travaux d’adaptation des logements des accueillants familiaux et les opérations de réhabilitation des anciens foyers-logements en vue d’une labellisation « résidence autonomie ». Au titre de cette nouvelle politique d’accompagnement des porteurs de projets, le Conseil départemental a accordé deux subventions, pour un total de 147 000 €.

  • 78 000 € pour la réhabilitation de 52 logements à la résidence autonomie du « Val vert » de La Ferté-Macé ;
  • 69 000 € pour la réhabilitation de 46 logements à la résidence autonomie « Les 4 saisons » d’Alençon (anciennement EPHAD Charles-Aveline).

Social - Habitat

400 000 € de subventions départementales pour mieux accompagner les habitants dans les problématiques liées au logement

60 632 € à l’ADIL (Agence départementale d’information sur le logement, qui dispense gratuitement des informations d’ordre juridique et financier dans le domaine du logement sur l’ensemble du département.

54 000 € à ALTHEA, pour l’accès à un logement temporaire dans l’Orne pour les 16-30 ans, avec une attention particulière portée aux mineurs, apprentis et jeunes suivis par les services éducatifs.

32 400 € à SOLIHA Territoires en Normandie, qui développe des opérations ponctuelles parallèlement aux opérations programmées d’amélioration de l’habitat.

1 000 € à l’association LIEN (logement inter-générations en Normandie), qui favorise la mise en relation des personnes âgées isolées avec des jeunes en formation, demandeurs d’emploi où jeunes travailleurs, pour une solution d’hébergement à moindre coût.

16 200 € à la régie des quartiers Arc en ciel de Flers, pour l’action tuteur en habitat « accompagnement technique et social ».

2 000 € au Centre intercommunal d’action sociale des Pays de L’Aigle (CIAS) pour l’organisation d’ateliers d’apprentissage et d’auto-réhabilitation de logements visant à favoriser l’insertion sociale.

9 000 € à Flers-agglo pour le fonctionnement de la résidence du Gros chêne, foyer de jeunes travailleurs.

6 000 € à la ville d’Argentan, pour le fonctionnement de son foyer de jeunes travailleurs.

22 680 € à Ysos, pour l’accueil de jour sur les territoires de L’Aigle et Mortagne-au-Perche.

41 310 € à Coallia, pour l’accueil de jour sur Alençon (Le Relais) et Flers.

152 800 € sur le Fonds de solidarité pour le logement (FSL) pour l’accompagnement social lié au logement : 13 200 € à Ysos pour l’accompagnement des jeunes et des adultes ; 59 600 € à

Coallia pour l’accompagnement des adultes en service de suite en Centre d’hébergement et de réinsertion sociale ; 80 000 € à Coallia pour l’accompagnement de jeunes en logement temporaire.

Social - Humanitaire

Plus de 200 000 € accordés par le Département à des associations œuvrant en direction de publics fragilisés dans leurs parcours de vie

1 620 € au comité départemental du mouvement Vie libre, pour ses actions en faveur des malades de l’alcool et d’autres addictions.

45 360 € à l’Association de prévention et de soins en addictologie (Drog’aide-ASPA), qui assure accueil, aide et soutien aux toxicomanes, aux familles et à leur environnement (information, prévention des risques, réinsertion sociale et professionnelle).

2 430 € à l’ORS-CREAI Normandie - fusion de l’Observatoire régionale de la santé (ORS) et du CREAI - qui assure trois fonctions : observatoire de la santé, centre d’études, d’actions et d’information en faveur des personnes vulnérables et centre de ressources « politique de la ville ». Les études menées et diffusées par l’association constituent autant de sources d’information importantes dans le cadre des compétences médico-sociales du Conseil départemental.

729 € à la délégation ornaise de l’Union nationale des familles et amis de personnes malades et/ou handicapées psychiques pour l’accueil, le soutien, la formation, l’information et l’accompagnement des familles et de leur entourage.

2 430 € à l’association départementale de Protection civile de l’Orne, qui envisage l’achat de nouvelles tenues pour ses secouristes.

3 240 € à la délégation départementale de la Croix rouge française, qui entend mettre l’accent sur la formation aux premiers secours, tant dans les collèges qu’à destination du grand public.

2 268 € à l’association de soins palliatifs de l’Orne, assurant l’accompagnement des aînés, des malades en fin de vie et des personnes en situation de deuil.

527 € à SOS Amitié, dont l’activité est centrée sur l’écoute téléphonique visant, notamment, à vaincre la solitude (écoute 24h/24 et 365 jours par an).

11 700 € à la délégation Orne-Calvados du Secours catholique, qui poursuit ses actions aux profits des Ornais les plus défavorisés (aides financières, soutien humain) et propose des ateliers collectifs permettant de créer du lien social.

810 € à l’association L’Accueil (Alençon), qui œuvre en faveur des familles des détenus : transport vers la maison d’arrêt de Coulaines, accueil et transport depuis la gare de personnes se rendant aux parloirs du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe.

648 € à la section de l’Orne de l’Association nationale des visiteurs de prison, qui favorise une présence et le maintien d’un lien auprès des détenus des centres pénitentiaires d’Argentan et de Condé-sur-Sarthe (animations, groupes de parole, colis de Noël).

6 075 € à la mission du Centre d’information sur les droits des femmes et des familles de l’Orne (CIDFF), dont l’objectif est de favoriser l’autonomie sociale, professionnelle et personnelle des femmes et de promouvoir l’égalité femmes/hommes (services anonymes et gratuits : accueil et écoute, accès aux droits, information individuelle et collective.

1 800 € à l’épicerie solidaire itinérante Le marché ambulant du Perche (MAP), qui apporte une aide alimentaire aux ménages en situation de précarité en milieu rural.

20 700 € à l’association départementale des Restos du cœur, qui assure prioritairement la distribution d’alimentation aux personnes les plus démunies, au sein de sept centres répartis sur l’Orne.

608 € à l’association de solidarité avec tous les immigrés (ASTI), pour l’animation d’un réseau d’échanges réciproques de savoirs au travers d’ateliers d’apprentissage de la langue française, de cuisine et de découverte de l’environnement.

12 150 € à l’association Forages Mali, qui poursuit ses actions visant à rendre l’eau potable accessible (projet de réalisation 13 forages équipés en exhaure photovoltaïque ou en pompes manuelles dans la région de Ségou).

300 € au Conseil départemental d’accès au droit (CDAD), qui entend notamment mener des actions spécifiques auprès des jeunes en faveur du bon usage des réseaux sociaux.

Patrimoine

30 300 € pour la conservation, la restauration et la valorisation du patrimoine

Fondation du Patrimoine (Alençon), 25 600 € (labels pour la restauration du patrimoine rural non protégé) ; Le savoir et le fer (Dompierre), 1 700 € (sauvegarde et valorisation « histoire des forges et des mines de fer du bocage) ; La Louvre (Vire-Normandie), 3 000 € (collecte, sauvegarde, promotion, diffusion des musiques et traditions orales de Normandie).

Agriculture – Filière équine

190 000 € de subventions pour la filière agricole et les activités équines

64 425 € aux organisations professionnelles et autres structures agricoles : service remplacement Orne, 21 500 € ; Ferme en fête, 18 000 € ; Syndicat des jeunes agriculteurs (JA),

5 850 € (Fête de la terre : édition 2018 en septembre sur le secteur de Briouze) et 2 250 € (sélections cantonales de jugement de bétail) ;

Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA), 6 300 € (Fermes ouvertes), 1 800 € (observatoire des dégâts causés aux cultures par les animaux sauvages) et 1 350 € (campagne de sécurité dans les exploitations ornaises) ; Fédération des CUMA, 3 600 € (sensibilisation à la réduction des charges de mécanisation) ; ELVUP (ex-Syndicat d’élevage et de contrôle laitier de l’Orne 3 240 € (appui logistique aux comices et concours départementaux) ;

Normande 61, 4 950 € (promotion de la race) ; Festival ornais de l’élevage (concours départemental bovin de la Fête de la Normandie d’Argentan), 4 500 € ; Fédération départementale des comices agricoles, 4 500 € ; Fédération départementale Groupe vivre en agriculture (FDGVA),

4 000 € (rando-fermes, visites d’exploitations pour les non agriculteurs) et 500 € (vidéo sur les réalités et les difficultés du métier d’agriculteur) ; Solidarité Paysans Basse-Normandie (assistance aux agriculteurs en difficulté par des agriculteurs retraités bénévoles), 15 000 € ; La Normande à la table des chefs (promotion d’une filière durable de proximité pour la viande bovine de race normande), 1 800 € ; Fête de la Normandie (Argentan), 1 500 € ; Prim’holstein (concours de race à Alençon), 1 350 € ; Société avicole de l’Orne, 810 € ; Syndicat des éleveurs charolais, 720 € ;

Association d’agriculture écologique de l’Orne (AGRECO), 405 €.

106 600 € aux associations d’équitation : USTICA (concours complet international au Haras du Pin), 45 000 € ; associations organisatrices de concours hippiques, 30 000 € (enveloppe 2018 à répartir) ; association des Cavaliers ornais de randonnée (concours international d’endurance), 20 000 € ; Horses together (concours international de sauts d’obstacles), 6 000 € ; association départementale d’attelage de l’Orne, 3 600 € ; Equit’amazones, 1 000 € ;

Perch’orizon, 1 000 € (championnat de France de TREC en attelage).

Le concours international d’attelage, organisé par l’Etablissement public administratif (EPA) du Haras national du Pin, est soutenu par le Département par le biais de la subvention de fonctionnement accordée à l’EPA par le Conseil départemental.

18 765 € pour le soutien à l’élevage équin : Âne normand, 2 565 € ; Syndicat ornais du cheval percheron, 5 400 € ; association des éleveurs de chevaux de sport de la circonscription du Pin, 10 800 €.

Tourisme

Près de 170 000 € pour accompagner les associations touristiques

Loisirs accueil Orne, 123 580 € ; Relais des gîtes de France, 30 600 € ; Les Chemins de StMichel, 8 910 € ; Association des amis du château et des jardins de Sassy, 6 156 € ; Offices de tourisme de l’Orne, 4 500 € ; Fédération française des stations vertes de vacances et villages de neige, 450 € ; Les plus beaux villages de France, 450 €.

Environnement – Santé animale

725 000 € de subventions départementales

135 000 € à la Maison de la rivière et du paysage (CPIE des collines normandes) ; 900 € à l’association Faune et flore de l’Orne (AFFO), à St-Denis-sur-Sarthon ; 900 € à la Société d’horticulture de l’Orne (SHO), à Alençon ; 12 000 € à l’association pour l’entretien du Marais (AEM) du Grand Hazé, à Bellou-en-Houlme (entretien et gestion par pâturage extensif équidésbovins).

534 850 € au Groupement de défense sanitaire du cheptel ornais (GDSCO), pour contribuer au financement de nombreuses actions menées en matière de prophylaxie animale : bovins, ovins, porcins, équins. La convention signée par le Département avec le GDSCO prévoit également le soutien à la filière apicole, appuyé par des fonds européens.

39 500 € à la Fédération départementale des groupements de défense contre les organismes nuisibles (FDGDON), qui coordonne la lutte contre les ragondins et les rats musqués sur l’ensemble du territoire ornais : 17 500 € pour le fonctionnement et 22 000 € destinés aux piégeurs (indemnisés à hauteur de 2 € par nuisible tué).

1 120 € pour Le Miroir Normand, organisateur de la Fête du miel et de l’abeille noire, à Sées du 18 au 24 octobre (concours départemental de miel et de pain d’épices et création de la Confrérie du miel ornais).

Action culturelle – Théâtre et danse

Le spectacle vivant encouragé par le Département

Soucieux d’encourager le dynamisme culturel qu’assure le spectacle vivant, le Conseil départemental apporte son aide à différentes compagnies de théâtre et de danse.

Théâtre : près de 39 000 € d’aides au fonctionnement

8 000 € à la compagnie « Bleu 202 » (Alençon) ; 9 000 € à la compagnie « Les Enfants perdus (Le Mêle-sur-Sarthe) ; 10 000 € au « Théâtre bascule » (Perche-en-Nocé) ; 4 000 € au théâtre « La Boderie » (Ste-Honorine-la-Chardonne) ; 4 000 € au théâtre « Les Ouranies (Alençon) ; 4 000 € à la compagnie « Ces dames disent et Cie » (Alençon).

Théâtre : 17 500 € d’aides à la création

2 500 € au théâtre « La Boderie » (Ste-Honorine-la-Chardonne), pour « Platon vs Platoche » ; 5 000 € à la compagnie « Ces dames disent et Cie » (Alençon), pour « Croute » ; 10 000 € à La Boutique obscure (Flers), pour « La chambre désaccordée ».

Lieux de résidence : 59 000 € de subventions

15 000 € à l’association « Les Arts Improvisés » (St-Aubin-de-Bonneval). La programmation s’articule autour des musiques actuelles et traditionnelles, avec la venue de nombreux artistes étrangers, des Africains notamment, dans le cadre des créations de Camel Zekri.

14 220 € à l’association « Le Tapis Vert » (La Lacelle), qui propose de la musique de chambre, de la musique traditionnelle et des stages pour se former aux arts du cirque.

15 000 € à l’association « 2 Angles » (Flers). Evolution de la programmation vers l’accueil d’artistes plasticiens et danseurs, partenariat avec Flers-agglo et la ville de Flers.

15 000 € à Pygmalion, installé dans l’espace culturel « Les Bains Douches » (Alençon), lieu consacré à la production et à la diffusion de l’art contemporain en région. Au-delà de ses activités de résidences, d’exposition et d’édition, l’association va mener un projet d’installation extérieure avec deux architectes.

Centre chorégraphique national de Caen en Normandie : 9 900 € d’aide

9 900 € au Centre chorégraphique national de Caen en Normandie (CCN), dans le cadre de la convention à laquelle sont également associés les Départements du Calvados et de la Manche, pour favoriser la production, la diffusion, la programmation et la formation.

Partenariats culturels

Partenaire des lieux et organismes de diffusion,

le Département attribue 110 000 € à la Scène nationale

110 000 € à La Scène nationale Alençon-Flers-Mortagne ; 6 000 € au Centre dramatique national

de Vire-Normandie ; 20 000 € à l’Office de diffusion et d’information artistique de Normandie

(Rouen).

Animations culturelles

107 000 pour aider à financer les festivals ornais

11 700 € au festival « Art Sonic », de Briouze (20 et 21 juillet) ; 3 500 € au festival « Les Bichoiseries », au Mont de Cerisy-Belle-Étoile, avec l’association Mafio’Zik (29 et 30 juin) ; 1 000 € au festival « Saint Scène », à Saint-Céneri-le-Gérei (7 et 8 juillet) ; 2 000 € au festival « Blizz’Art », de Ciral, avec l’association Foksa (du 4 au 6 mai) ; ; 66 600 € au festival « Septembre musical de l’Orne », à Alençon (36e édition, en septembre sur 5 week-ends) ; 5 400 € au festival des « Folklores du Monde », à Alençon, avec l’ensemble folklorique normand Le Point d’Alençon (du 12 au 15 juillet) ; 1 850 € au festival international du folklore, à Domfront-en-Poiraie (du 6 au 11 juillet), avec le groupe folklorique Le Trou normand ; 1 000 € au festival « Ciné-Environnement », à Sées, avec Envi d’Anim ; 2 500 € au festival international de films courts sur la jeunesse, à Rémalard-enPerche (du 22 au 24), avec la compagnie Anne Revel-Bertrand ; 4 500 € au festival de l’humour « Les Andain’ries », des Rives d’Andaines (20e anniversaire, du 18 au 29 avril) ; 4 000 € au festival « Spring » en Normandie, avec La Brèche, pôle national des arts du cirque de Cherbourg-enCotentin (mars-avril) ; 2 000 € au festival international du cirque de l’Orne, de Montilly-sur-Noireau, avec le comité des fêtes, loisirs et culture (14e édition) ; 1 000 € au festival « Région en scène », à Canteleu (Seine-Maritime), avec l’association Diagonale.

Culture pour tous

Les nombreux « coups de pouce » du Département

1 000 € au Syndicat d’initiative de Moulins-la-Marche, pour sa 28e Fête des potiers (28 et 29 juillet) ;

1 000 € à la ville de L’Aigle pour la 3e édition d’Eagle urban week (du 26 mars au 21 avril) ;

2 000 € à l’association Camembert au cœur de l’histoire de Vimoutiers, pour son spectacle « La Normandie, c’est vachement bien (août 2018) ;

2 000 € à l’association « Art et Cathédrale », de Sées, pour le spectacle « La cathédrale, cité- lumière », à la cathédrale (de juillet à septembre) ;

5 000 € à l’association « MaCaO » (7e Art) d’Hérouville-Saint-Clair, pour la diffusion de films destinés au jeune public (La Ferté-Macé, Mortagne-au-Perche, Bagnoles-de-l’Orne-Normandie, Sées, L’Aigle, Argentan, Flers, Val-au-Perche) ;

6 000 € à Normandie Images, de Rouen, association née de la fusion de La Maison de l’image de Basse-Normandie et du Pôle image Haute-Normandie, pour le développement du secteur du cinéma et de l’audiovisuel en région.

4 700 € à l’association « Les amis de St-Céneri et de ses environs », de St-Céneri-le-Gérei, pour sa 32e rencontre des peintres (du 19 au 21 mai) ;

1 000 € au Collectif correspondance, de Tournai-sur-Dives, pour l’Art en Trun, à Trun (du 7 au 15 avril) ;

1 000 € à Vertigo, d’Athis-Val-de-Rouvre, pour des résidences d’artistes et expositions ;

7 200 € à l’Orchestre régional de Normandie, de Caen, pour la création et la diffusion de programmes musicaux au titre de la saison 2018 ;

3 600 € à la « Schola de l’Orne, d’Alençon, pour la promotion du chant choral au travers de la diffusion et de la création de répertoires sacrés et profanes ;

4 500 € pour « Les Arts Improvisés, de St-Aubin-de-Bonneval (ensemble musical) ;

1 000 € à la Bibliothèque sonore d’Alençon et de l’Orne, à Alençon ;

9 000 € pour Le Far, agence musicale régionale d’Hérouville-Saint-Clair (musiques amplifiées, traditionnelles, jazz, pratiques vocales) ;

3 600 € à Culture et bibliothèque pour tous, de Damigny ;

1 000 € à « La Classe », de St-Hilaire-sur-Risle, pour la diffusion de spectacles ;

1 000 € à la délégation « Jeunesses musicales de France », de Flers (programmes culturels « jeune public ») ;

1 350 € pour Festiv’Art production, de Putanges-le-Lac, pour soutenir des propositions artistiques et culturelles en milieu rural ;

7 000 € à l’association « Les Trottoirs mouillés », de Domfront-en-Poiraie, pour la promotion du Jazz lors de concerts et dîners-spectacles ;

2 000 € à l’association « Josquin des Près », de Sées, pour la 56e édition de son stage musical estival (du 14 au 22 juillet) ;

Accompagnement pédagogique

52 000 € pour encourager les pratiques innovantes

L’Atelier Canopé 61, Centre départemental de documentation pédagogique de l’Orne, continue d’évoluer. Ses médiateurs, formés aux techniques d’aménagement des classes pour l’utilisation des nouvelles technologies, épaulent les enseignants pour faire émerger des projets innovants.

Tester de nouveaux outils mais aussi se transplanter au cœur même des collèges, tels sont les projets que l’Atelier Canopé 61mettra en œuvre cette année, avec le soutien du Conseil départemental à hauteur de 52 000 € :

  • 35 000 € pour la formation des enseignants à l’usage des outils numériques et l’accompagnement des établissements scolaires dans l’évolution des pratiques pédagogiques.
  • 17 000 € pour l’acquisition de matériels innovants dans les domaines de la webradio et la webtv, du codage et de la programmation, de l’impression 3D, de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée.
Share Button