Actualités du président

9 février 2018

Soutien total aux départements franciliens

Soutien total aux départements franciliens

Nous pensions les folies du quinquennat précédent oubliées ! Après le grand chambardement territorial consommé, le gouffre financier creusé avec les grandes régions, les intercommunalités XXL ingérables, les métropoles improvisées, une pause était attendue. Un minimum de pragmatisme espéré. Mais non, le vieux réflexe technocratique de supprimer tout ce qui est issu directement du Peuple est toujours à l’œuvre. Comme le système n’ose pas s’attaquer frontalement aux communes, il commence par les départements.

Soyez le 1er à réagir Thème :

Ne nous y trompons pas, la suppression des départements serait le premier pas vers la suppression des communes. C’est pourquoi nous ne pouvons pas laisser faire ! Exprimons clairement notre désaccord sur la suppression des départements, y compris franciliens.  

Le « monde nouveau » devrait Ne nous y trompons pas, la suppression des départements serait le premier pas vers la suppression des communes. C’est pourquoi nous ne pouvons pas laisser faire ! Exprimons clairement notre désaccord sur la suppression des départements, y compris franciliens.

Le « monde nouveau » devrait savoir que les organisations performantes aujourd’hui sont celles qui fonctionnent en réseaux, et non en systèmes centralisés, où le « haut » est supposé faire le bonheur du « bas ».  Non, les départements sont des nœuds essentiels dans le réseau de service public. Ils sont les garants de la proximité et l’échelon de mutualisation pour les communes et intercommunalités. 

La technocratie française déteste le pouvoir local, elle appelle cela le « mille-feuille ». Mais que fait-elle des 400.000 textes qui frappent les collectivités locales. Elle en ajoute tous les jours. 

Les libertés locales sont la soupape de sécurité démocratique d’une République unitaire mais décentralisée. L’oublier, c’est multiplier autant de « Corse » que de territoires. 

Pour faire vivre la République et les libertés, affirmons très fort notre solidarité avec les départements franciliens et disons clairement que nous n’accepterons pas la suppression des départements.savoir que les organisations performantes aujourd’hui sont celles qui fonctionnent en réseaux, et non en systèmes centralisés, où le « haut » est supposé faire le bonheur du « bas ».  Non, les départements sont des nœuds essentiels dans le réseau de service public. Ils sont les garants de la proximité et l’échelon de mutualisation pour les communes et intercommunalités. 

La technocratie française déteste le pouvoir local, elle appelle cela le « mille-feuille ». Mais que fait-elle des 400.000 textes qui frappent les collectivités locales. Elle en ajoute tous les jours. 

Les libertés locales sont la soupape de sécurité démocratique d’une République unitaire mais décentralisée. L’oublier, c’est multiplier autant de « Corse » que de territoires. 

Pour faire vivre la République et les libertés, affirmons très fort notre solidarité avec les départements franciliens et disons clairement que nous n’accepterons pas la suppression des départements.


Christophe de Balorre

 Président du Conseil départemental de l'Orne

Share Button