Vie à domicile

Préparer un repas, faire le ménage, faire des courses, réaliser les actes essentiels de la vie quotidienne... En situation de handicap, les gestes quotidiens peuvent devenir des obstacles insurmontables, qui remettent en cause la possibilité de vivre à domicile.

Pour résoudre le problème, le département propose aux personnes handicapées des aides financières et des services, pour qu’elles puissent bénéficier d’un soutien matériel au jour le jour. Les personnes handicapées de plus de 60 ans peuvent bénéficier de l'Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA).

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

Cette prestation vise à couvrir les besoins de la personne dans les domaines suivants :

  • aide humaine pour les actes essentiels de la vie quotidienne,
  • aménagement du logement, du véhicule,
  • aides techniques,
  • aides animalières.

Les destinataires

Les personnes handicapées de moins de 60 ans reconnues par la Commission des Droits et de l'Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH), qui ne peuvent accomplir seul ou difficilement au moins une activité essentielle de la vie quotidienne. Environ 550 personnes handicapées bénéficient de cette prestation, pour un montant total de 5,2 M €.

Qu'est-ce que la CDAPH ?

La CDAPH est composée de représentants du département, de l’Etat, des personnes handicapées et de leurs familles, des organismes de protection sociale. Elle apprécie si la situation de la personne handicapée justifie l’attribution de la prestation de compensation du handicap. Elle est aussi compétente pour se prononcer sur l’orientation de la personne handicapée, pour désigner les établissements en mesure de l’accueillir et pour reconnaître la qualité de travailleur handicapé.

Depuis le 1er janvier 2006, l'allocation compensatrice pour tierce personne n’est plus attribuée. Les personnes déjà bénéficiaires de cette allocation peuvent néanmoins continuer à en bénéficier si elles ne souhaitent pas opter pour la prestation de compensation du handicap.

L’aide ménagère

Apporter directement une aide physique aux personnes handicapées dans leurs travaux ménagers.

Les destinataires

Les personnes handicapées âgées de moins de 60 ans, dont le taux d’incapacité reconnu par la CDAPH est supérieur ou égal à 50% et dont les ressources sont insuffisantes pour régler les frais occasionnés par leur handicap. Plus de 100 personnes bénéficient de cette aide, pour un montant total de 350 000 €.

Les Services d’Accompagnement à la Vie Sociale (SAVS) et les Services d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés (SAMSAH)

Aider au maintien des adultes handicapés dans leur milieu de vie.

Les destinataires

Les personnes handicapées âgées de moins de 60 ans, dont le taux d’incapacité reconnu par la CDAPH est supérieur ou égal à 50% et dont les ressources sont insuffisantes pour régler les frais occasionnés par leur handicap. Environ 100 personnes bénéficient d’un accompagnement de ces services, pour un montant total de 900 000 €.

Les dernières actualités

22/09/2017

« Vieillir, la belle affaire » pour les seniors et leur entourage

« Vieillir, la belle affaire » pour les seniors et leur entourage

Le Conseil départemental de l’Orne propose à nouveau lundi 2 octobre « Vieillir la belle affaire » un rendez-vous original pour les seniors. Ce spectacle-débat ouvrira ‘‘La semaine bleue’’ de la ville d’Argentan. L’objectif ? Dédramatiser le vieillissement et présenter aux familles et aux personnes âgées les services et possibilités qui existent dans le département lorsque l’on est confronté au vieillissement ou à la perte d’autonomie. Cette rencontre, ouverte à tous, se veut informative et conviviale sur un sujet qui concerne tout le monde : la perte d’autonomie et les difficultés rencontrées lors du vieillissement.

08/09/2017

Visite de chantier de l’agrandissement du Pôle IFRES Orne

Visite de chantier de l’agrandissement du Pôle IFRES

Depuis 2003, plus de 4 millions d’euros ont été investis par le Département aux formations de santé. Le Conseil départemental de l’Orne a consacré 2 250 000 €, pour la nouvelle école des masseurs-kinésithérapeutes installée sur le pôle universitaire d’Alençon.