Louis-Pascal Couvelaire
Louis-Pascal Couvelaire

Louis-Pascal Couvelaire

Réalisateur/publicitaire

Louis-Pascal Couvelaire a choisi de travailler à la campagne. Depuis quinze ans, il réalise des films publicitaires et longs métrages à Corbon. Il ne voit aucun inconvénient, bien au contraire, à créer au calme. Ecriture, tournage, montage… le manoir dans lequel il vit est aussi le siège de sa société de production. Silence, on tourne !

Produire au calme

Faire du cinéma dans une petite commune, c’est possible. Et cela procure même certains avantages. Louis-Pascal Couvelaire, propriétaire du manoir de la Vove à Corbon, a fait ce choix. Dans cet édifice du 15e siècle, il accueille scénaristes, storyboarders, comédiens et autres professionnels, pour réaliser des longs métrages. Il y crée aussi des films publicitaires.

LPCP, Louis-Pascal Couvelaire Production, a été créée en 1997. Dès l’origine, le siège social de l’entreprise a été basé à Corbon. « Nous possédons le manoir depuis trente ans, explique Louis-Pascal, mais y habitons seulement depuis cette année-là. Il y avait l’internet haut débit, le Wimax. Ce n’était donc pas pénalisant de quitter Paris. D’ailleurs, mes clients ne sont pas forcément parisiens...»

Une carrière et un travail reconnus de tous

Louis-Pascal a réalisé environ cinq cents films publicitaires. Son travail lui a valu de nombreux prix. Il est par exemple l’auteur de la publicité de la Citroën Xsara, dans laquelle apparaissait Claudia Schiffer. Ce film lui a valu la médaille de bronze du Festival international de New York en 1998. La même année, son spot pour le café Carte Noire a décroché le Premier Prix du Festival de la Francophonie de Montréal.

Il travaille pour des clients comme Coca-Cola, Renault, Daewoo ou Toyota. Récemment, il tournait à Rome pour Ferrari. Une fois les images réalisées, Louis-Pascal a fait le montage de son film à Corbon. Pas besoin d’un équipement extraordinaire. « Il suffit de disposer d’un ordinateur et d’un programme adapté », avoue-t-il.

Louis-Pascal a aussi réalisé deux longs métrages. Le premier, Sueurs, et le deuxième, Michel Vaillant. Quelques scènes de ce dernier ont été tournées près de Corbon. « Le manoir, mais aussi les champs, les vaches me servent de décor », explique le cinéaste. Ainsi, il a fait deux spots Danone pour le Maroc, près de chez lui et pour lesquels il a organisé un casting de figurants à Mortagne-au-Perche.

Le cadre de vie comme atout

«Travailler ici, c’est bien, estime-t-il. Au début, il est utile d’être au calme pour écrire. Les auteurs s’installent au manoir. En général, ils sont très satisfaits. « Tout le premier étage a été aménagé. Il permet par exemple aux storyboarders de travailler dans de bonnes conditions techniques. « Et pour convaincre les acteurs de tourner avec moi, l’endroit est magique », reconnaît Louis-Pascal.

Ensuite, pendant les répétitions, le tournage ou le montage, tout le monde ou presque est logé sur place. Une quinzaine de personnes peuvent être hébergées. Humainement, l’aventure se révèle plus attrayante. Et la formule permet de faire des économies. Pas d’hôtels de luxe, ni de studios sur les Champs Elysées. Le réalisateur, qui travaille avec des équipes légères, peut créer à moindre coût.

Loin des superproductions hollywoodiennes certes. Mais le bonheur n’est-il pas dans le pré ?