Dépistage des cancers du sein et de l'intestin

Dépister le cancer du sein

Première cause de décès par cancer des femmes de moins de 65 ans, le cancer du sein touche 1 femme sur 10. Plus le dépistage est précoce, et plus les chances de guérison sont élevées.

Tous les deux ans, les Ornaises de 50 à 74 ans (soit près de 50 000 personnes) ont l’occasion d’effectuer une mammographie à proximité de leur domicile.

L'Orne a été le premier département à mettre en place, en 1992, des campagnes de dépistage gratuit du cancer du sein par unité mobile : le « Mammobile 61 ».

Le Mammobile 61

Déroulement du dépistage

Le dépistage en Mammobile est réservé aux Ornaises de 50 à 74 ans : vous êtes informée par courrier et invitée personnellement à passer l’examen.

Dans le Mammobile, après avoir renseigné votre fiche d'informations,

  • vous êtes accompagnée par un(e) manipulateur(trice) pour effectuer la mammographie (2 clichés radiographiques par sein)
  • les radiographies sont immédiatement développées pour vérifier leur qualité
  • les radiographies sont ensuite envoyées au Centre de gestion d’Alençon et lues par deux radiologues différents. Ellles sont comparées avec les clichés de la campagne précédente.

Les résultats vous sont communiqués, ainsi qu'à votre médecin traitant, dans un délai de 2 à 3 semaines. Votre médecin décide des examens complémentaires à effectuer, lorsque des anomalies sont constatées : dans 90% des cas, celles-ci se révèlent sans gravité après contrôle.

Les personnes qui n'ont pas pu se rendre au Mammobile reçoivent une relance qui leur donne la possibilité d'aller se faire dépister dans un cabinet de radiologie ou dans un hôpital du département.

Contre-indications pour un dépistage dans le Mammobile 61

  • pacemaker
  • chambre d’injection pour chimiothérapie
  • prothèse mammaire

Dans ce cas, les patientes effectuent la mammographie dans les cabinets de radiologie fixes agréés du département.

Conseils prévention

Le rythme et l’hygiène de vie sont des éléments essentiels dans l’aggravation ou dans la réduction des risques de cancer du sein :

  • augmentez la part de fruits et légumes riches en phyto-oestrogènes dans votre alimentation (vrai soja, lentilles, oignons, légumes secs)
  • réduisez la part de viande rouge au profit du poisson
  • buvez du thé
  • privilégiez les huiles de poissons et l’huile d’olive
  • évitez l’obésité (20% de plus que le poids normal) et le surpoids (10% de plus que le poids normal)
  • faites de l’exercice physique
  • évitez le tabac et la surconsommation d’alcool
  • pratiquez chaque mois une autopalpation des seins et un examen devant votre glace. Consultez votre médecin au moindre doute.

L’hérédité est également un facteur déterminant : redoublez de vigilance lorsque votre mère ou votre sœur ont eu un cancer du sein (risque multiplié par deux).

Dépister le cancer de l'intestin (colon et rectum)

Le cancer colorectal (colon et rectum) touche une personne sur 25 en France, les hommes comme les femmes. Un dépistage précoce permet une prise en charge rapide et un taux de guérison élevé. Le dépistage du cancer colorectal peut se faire à domicile. Il suffit de retirer votre test chez votre médecin traitant. Il est simple, indolore et gratuit si vous avez entre 50 et 75 ans.

Lancée en 2005, la première campagne de dépistage du cancer colorectal a invité 80 000 Ornais à effectuer ce geste de prévention.

Les dernières actualités

30/11/2018

A l’Hôtel du Département : remerciements aux bénévoles des Elles de Orne

A l’Hôtel du Département : remerciements aux bénévoles des Elles de Orne

La soirée de remerciement aux bénévoles, organisée jeudi 29 novembre 2018, a permis de rappeler l’engagement solidaire à l’œuvre dans la course-marche contre le cancer du sein.

28/11/2018

La délégation territoriale d'action sociale d’Alençon fermée mercredi et jeudi

La délégation territoriale d'action sociale d’Alençon sera fermée mercredi et jeudi

Mardi, des événements graves et violents se sont produits devant la délégation territoriale d'action sociale d’Alençon. Des agents du Conseil départemental de l’Orne sont intervenus. En retour, ils ont dû subir des menaces intolérables de la part des belligérants. Les services de police et de secours, qui sont intervenus sur place, ont pris en charge deux victimes.