Les aides éducatives

Les enfants ont besoin d’un cadre éducatif stable, pour s’épanouir et trouver leur place à l’école et dans le corps social.

Pour aider les familles en difficulté sociale, le département leur propose l’intervention de travailleuses familiales et d’éducateurs sociaux à domicile. Leur rôle : conseiller les parents et les jeunes au jour le jour et fixer avec eux les étapes pour retrouver un équilibre de vie.

Travailleuses familiales – Aides ménagères

L’Aide sociale à l’enfance peut prendre en charge, au titre des prestations légales, l’intervention d’une travailleuse familiale ou d’une aide ménagère dans une famille confrontée à des difficultés sociales :

  • lorsque cette intervention ne relève pas ou plus d’un organisme de sécurité sociale (Caisse d'Allocations Familiales (CAF), Mutualité Sociale Agricole (MSA), régimes particuliers), compte tenu du motif d’intervention propre de l’organisme (maladie, maternité) ou en référence à un quota d’heures.
  • dans l’objectif d’éviter un placement d’enfant, de favoriser le retour d’un ou plusieurs enfants dans la famille ou pour organiser des rencontres entre parents et enfants dans le cas d’un placement.

La décision préalable de prise en charge de la travailleuse familiale ou de l’aide ménagère est prise par le président du département, au vu d’un rapport circonstancié. Elle peut comporter une participation financière de la famille, déterminée selon un barème établi par le département.

Actions éducatives en milieu ouvert

Les actions éducatives préventives en milieu ouvert sont des interventions adaptées au cas par cas, pour résoudre les problèmes d’éducation spécifiques rencontrés par les familles en difficulté sociale. Le principe : établir un contrat entre la famille concernée, l'attachée responsable de la prévention et un éducateur ou assistant social du Service d’Action Sociale Territoriale (SAST) pour définir ensemble les changements à obtenir dans la vie de l’enfant.

Objectifs

  • l'éducation (aide à la pose de limites, repositionnement des parents dans leur rôle)
  • la santé (accompagnement aux rendez-vous, prise en charge des problèmes d’obésité, d’énurésie, d’encoprésie, d’anorexie, de boulimie, de troubles du sommeil…)
  • la scolarité (médiation famille-école, soutien scolaire, aide à l’orientation)
  • les loisirs (ouverture sur l’extérieur, vie sociale et culturelle)
  • les difficultés relationnelles (restauration de la communication avec les parents, mise en place d’un suivi psychologique)

Les dernières actualités

22/09/2017

« Vieillir, la belle affaire » pour les seniors et leur entourage

« Vieillir, la belle affaire » pour les seniors et leur entourage

Le Conseil départemental de l’Orne propose à nouveau lundi 2 octobre « Vieillir la belle affaire » un rendez-vous original pour les seniors. Ce spectacle-débat ouvrira ‘‘La semaine bleue’’ de la ville d’Argentan. L’objectif ? Dédramatiser le vieillissement et présenter aux familles et aux personnes âgées les services et possibilités qui existent dans le département lorsque l’on est confronté au vieillissement ou à la perte d’autonomie. Cette rencontre, ouverte à tous, se veut informative et conviviale sur un sujet qui concerne tout le monde : la perte d’autonomie et les difficultés rencontrées lors du vieillissement.

08/09/2017

Visite de chantier de l’agrandissement du Pôle IFRES Orne

Visite de chantier de l’agrandissement du Pôle IFRES

Depuis 2003, plus de 4 millions d’euros ont été investis par le Département aux formations de santé. Le Conseil départemental de l’Orne a consacré 2 250 000 €, pour la nouvelle école des masseurs-kinésithérapeutes installée sur le pôle universitaire d’Alençon.