Après la pandémie Covid-19, le Conseil départemental privilégie des mesures d’accompagnement concrètes

Sous la conduite du président Christophe de Balorre, le Conseil départemental a tenu, ce vendredi 26 juin, sa session plénière du 2e trimestre, à l’Hôtel du Département, à Alençon.

Actualité - 26/06/2020

L’après pandémie a été au cœur des débats, en vue de réfléchir à de nouvelles mesures d’accompagnement fortes, tant au plan social qu’économique. Dans ce contexte inédit, qui a incité les citadins à se mettre au vert, le Département est plus que jamais mobilisé pour renforcer l’attractivité de l’Orne ; une vaste campagne nationale sera tout prochainement lancée.

C’est avec « un immense plaisir de vous revoir » que Christophe de Balorre a salué l’ensemble des Conseillers départementaux. « Je veux vous remercier tous de votre mobilisation sur le terrain, au plus près des Ornaises et des Ornais, et des initiatives que vous avez prises, notamment pour la confection et la distribution de masques. »  

A l’ouverture de cette session, le Président du Conseil départemental a tenu à rendre un hommage appuyé à Michel Lebaudy, Maire de Lonlay-l’Abbaye (1971-2001) et Conseiller général du canton de Domfront (1992-1998) : « Michel Lebaudy, c’est une réussite professionnelle exceptionnelle en tant que co-fondateur, en 1964, de « La Biscuiterie de l’Abbaye », fleuron de l’industrie ornaise, qui emploie aujourd’hui 280 personnes. Nous garderons de lui le souvenir d’un homme d’une extrême gentillesse, affable, toujours attentionné aux autres. »

Covid-19 - Le cap maintenu pendant la tempête

Le Département n’a rien lâché, personne n’a été abandonné

« Pendant ces trois mois difficiles, notre institution a continué à fonctionner normalement, au service des Ornaises et des Ornais. Dans cette vraie tempête, le cap a été maintenu. Personne n’a été abandonné, grâce à nos agents impliqués sur le terrain et ceux mobilisés en télétravail. Nous avons même mis nos moyens au service de l’Etat ! », a rappelé le Président de Balorre, remerciant chacun, élus, agents et partenaires : « Nous nous sommes tous retroussé les manches, allant à l’essentiel pour soutenir tous les Ornais, dont les plus fragiles. Au plan social, le Conseil départemental n’a rien lâché ; l’accompagnement et l’accès aux droits ont été assurés. »

Avec l’État : une solution globale en vue

Déplorant la faiblesse de l’État « lourd et tentaculaire » sur certains dossiers, Christophe de Balorre a rappelé les difficultés rencontrées pour obtenir la réouverture du Parc animalier d’Ecouves, intervenue au terme d’une intervention personnelle auprès du Ministre de l’Intérieur, et pour le retour au 90 Km/h sur les routes départementales, contre lequel les représentants de l’État ont fait bloc.

A propos de l’aide « Orne Rebond », décidé par le Conseil départemental pour soutenir plus de 3 000 petites entreprises ornaises frappées de plein fouet par la crise sanitaire, le Président du Conseil départemental a vivement regretté la décision initiale de l’État, de bloquer le versement des fonds. Christophe de Balorre s’est toutefois voulu confiant : « Il a fallu la mobilisation de nos parlementaires pour obtenir la publication d’un décret. Et Madame la Préfète m’a assuré, ce vendredi matin, qu’une solution globale était en vue ! »

Billets Euros ©CD61
Billets Euros ©CD61

Plan de relance et de soutien : de nouvelles mesures concrètes

Le Président du Conseil départemental, Christophe de Balorre a invité l’Assemblée départementale à réfléchir sur de nouvelles pistes du plan de relance et de soutien. Il a proposé plusieurs mesures concrètes, dans trois directions : le social, l’investissement et la promotion de l’Orne.

  • Les bourses départementales, accordées aux jeunes, constituent un soutien important aux familles. Le Département pourrait en doubler le montant.
  • Au titre des « coups de pouce à l’investissement », le Département a voté 1,5 million d’euros de crédits pour la politique d’aide aux centre-bourgs en 2020 ; l’enveloppe pourrait être reconduite en 2021.

Le Département pourrait mettre en œuvre un plan ambitieux pour l’amélioration de la desserte en eau potable sur le territoire ornais. En bonifiant les aides reçues des différents partenaires pour la réalisation de travaux lourds particulièrement coûteux, l’objectif est de diminuer les charges à répercuter, au final, sur les usagers.

  • Christophe de Balorre a également indiqué qu’une réflexion était engagée dans le prolongement des annonces du gouvernement, pour l’attribution d’une prime exceptionnelle aux personnels des établissements médico-sociaux de l’Orne, particulièrement mobilisés dans la lutte contre la Covid-19.

De même, le Président a annoncé que les assistants familiaux employés par le Département percevraient une prime exceptionnelle, pour reconnaître leur engagement pendant cette période.

Campagne de promotion du Département : les moyens d’attirer de nouveaux habitants

La période de confinement, imposée par la crise sanitaire, a eu un effet inattendu dans l’Orne, qui a gagné temporairement plus de 15 000 habitants. Alors que les atouts de l’Orne ont été incontestablement appréciés, notamment par des familles venues d’Île de France, une vaste campagne de promotion du territoire va être tout prochainement lancée. Elle promet de décliner l’attractivité de l’Orne sous toutes ses coutures, avec une signature des plus parlantes.

Finances – Le vote du budget supplémentaire

Des ajustements budgétaires pour financer les mesures d’aide Covid-19

Outre quelques ajustements, le Budget supplémentaire adopté par les Conseillers départementaux est entièrement tourné vers le financement des nombreuses mesures concrètes prises par le Conseil départemental face à la crise engendrée par la pandémie Covid-19.

La reprise du résultat de fonctionnement pour 2020 s’établit à 21,6 M€ (contre 16,15 M€ en 2019) ; en investissement, les reports à intégrer atteignent 26,7 M€ (contre 19,9 M€ en 2019). Pour contribuer au financement des investissements, le montant du virement de la section de fonctionnement est identique à celui de l’an dernier : 12,5 M€. S’agissant du recours à l’emprunt, il est ramené à 22 M€, comme en 2019, conformément à l’objectif de stabiliser l’encours de la dette.

Parmi les dépenses nouvelles :

  • Aide directe aux artisans, commerçants et petites entreprises « Orne rebond » : plus de 3 000 dossiers ont été instruits au titre de l’aménagement du territoire et de l’aide sociale aux chefs d’entreprises privés de revenus pour cause de pandémie Covid-19.
  • 200 000 € pour l’acquisition de matériel informatique à destination des collégiens et des enfants suivis par le Pôle solidarités du Conseil départemental ;
  • 500 000 € pour l’acquisition d’équipements et fournitures nécessaires dans le cadre de la pandémie Convid-19 ;
  • 100 000 € pour doter un fonds de secours exceptionnel à la vie culturelle ornaise.

Fonds Solidarité Logement (FSL) : aider un plus grand nombre d’Ornais

Institué pour venir en aide financièrement, sous conditions, aux locataires entrant dans un logement ainsi qu’à tout occupant rencontrant des difficultés financières, le Fonds Solidarité Logement (FSL) va bénéficier d’un règlement d’attribution permettant à un plus grand nombre d’Ornais d’y accéder.

Le Conseil départemental assure désormais seul la gestion des aides, au titre d’une enveloppe annuelle (717 445 € en 2019) financée par le Département, l’État, les bailleurs sociaux, la Caisse d’allocations familiales, les distributeurs d’énergie, les opérateurs téléphoniques et de nombreuses collectivités locales (communes et intercommunalité).

Les nouveaux critères d’attribution s’articulent autour de plusieurs axes majeurs :

  • Règles de calcul du quotient familial modifiées ;
  • Élargissement du public éligible, notamment pour soutenir les bénéficiaires de l’Allocation adultes handicapés (AAH), les actifs précaires et les retraités ;
  • Revalorisation de l’aide apportée aux ménages ;
  • Prise en compte de la notion de « reste à vivre » dans le calcul des dépenses de la famille ;
  • Intervention d’un référent social pour établir un rapport financier et social intégré à la demande de FSL.
immeuble social ©MikesPhotos de Pixabay
immeuble social ©MikesPhotos de Pixabay