Entre les fils : une exposition pour célébrer les dix ans d’inscription de la dentelle du point d’Alençon au patrimoine immatériel de l’Unesco

L’histoire de l’Orne et de la dentelle sont indissociables. Pour célébrer le 10ème anniversaire de l’inscription du point d’Alençon sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, le Conseil départemental via son Fonds départemental d’art contemporain et le musée des Beaux-arts et de la Dentelle de la Communauté urbaine d’Alençon proposent une exposition. Baptisée Entre les fils, elle se déroule du 19 mai au 31 août 2021 à l’Hôtel du Département et au sein du musée. L’occasion pour les cinq artistes invités de dévoiler au public leur interprétation du célèbre point d’Alençon à travers des œuvres uniques.

Actualité - 19/05/2021

Fruit d’un partenariat inédit entre le Fonds départemental d’art contemporain de l’Orne et le musée des Beaux-arts et de la Dentelle de la Communauté Urbaine d’Alençon, l’exposition Entre les fils célèbre le 10e anniversaire de l’inscription du savoir-faire de la dentelle au point d’Alençon sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco.

Organisée sur deux sites, l’Hôtel du Département et le musée des Beaux-arts et de la Dentelle, cette exposition fait dialoguer les artistes Florence Bost, Diana Brennan, Anne Laval, Sandrine Pincemaille et Pédro avec le patrimoine dentellier du territoire.  Elle s’envisage comme un parcours à la découverte de productions artistiques marquées par la légèreté et la transparence, qualités intrinsèques d’une dentelle pluriséculaire qui ne cesse de demeurer une source d’inspiration pour la création contemporaine.

Au musée des Beaux-arts et de la Dentelle : carte blanche à Sandrine Pincemaille

Baignée dans le textile depuis l’enfance, Sandrine Pincemaille, diplômée de l’École Supérieure des Beaux-arts d’Angers, est licière et artiste plasticienne. Avec une technique personnelle issue de recherches et d’expérimentations et une matière non noble, le fil de colle travaillé à chaud, elle compose une écriture de la transparence imprégnée de souvenirs fugaces et d’émotions enfouies.

Ses œuvres prennent la forme de tapisseries ou de sculptures de dentelle, élaborées avec des fils incolores ou métalliques affranchis de tout support. Entre figuration et abstraction, les pièces présentées convoquent les notions d’espace et de temps et invitent une présence féminine, discrète et silencieuse, gardienne des savoir-faire textiles d’hier et d’aujourd’hui. Sandrine Pincemaille instaure ainsi un dialogue poétique entre patrimoine et création contemporaine.

L’exposition présente 17 œuvres qui retracent près de 20 ans de recherches. 

Informations pratiques 

Conditions d’accès au musée sur : http://museedentelle.cu-alencon.fr/visiter-le-musee/
Musée des Beaux-arts et de la Dentelle
Cour carrée de la Dentelle - 61000 Alençon
02 33 32 40 07 - musee@cu-alencon.fr

Du mardi au vendredi : 10h - 12h et 14h - 18h
le samedi et le dimanche : 10h - 12h30 et 13h30 - 18h
Fermé le lundi. Ouvert tous les jours en juillet et en août.
Musée gratuit pour tous du 19 mai au 19 septembre 2021

A l’Hôtel du Département : 5 artistes livrent leur interprétation du point d’Alençon

Le travail d’Anne Laval lie l’humain à la nature. Elle recherche dans la matière (métal, terre, verre) des formes originelles, un langage hybride. Pour cette exposition, l’artiste a travaillé sur une nouvelle installation baptisée Paysages perdus : des suspensions horizontales de gaze inoxydable très fine de métal tellement serrée que l’on s’approche de la délicatesse de la dentelle. Il reflète la lumière prend des couleurs étranges à la chauffe. Anne Laval l’a formé puis a appliqué des éléments en laine d’acier pour souligner des motifs végétaux. Ses dessins Mondes Perdus seront exposés au musée des Beaux-arts et de la dentelle d’Alençon. 

Pedro est un peintre / illustrateur installé à Nantes. Enfant des années 80, il nage tôt dans un environnement artistique, oscillant entre l’imagerie skate, l’univers des comics US, la peinture du XXème siècle jusqu’au graffiti des années 90. En tant que peintre, c'est naturellement qu'il se tourne vers la pratique du muralisme. Son travail, mêlant techniques de peinture classique et pratique du spray, dépeint les hommes au travers de la figure animale à la manière d'un fabuliste. D'apparence brute et naïve, sous un trait décomplexé, ses images, provoque une harmonie en tensions, l’équilibre sur la faille, ou jouent tour à tour mots et motifs.

Avec son écriture artistique Florence Bost explore les technologies et invite à un voyage intérieur. En parallèle d’un parcours de design industriel et d’intégration textile, l'artiste est passionnée de technologies. Sa connaissance pratique lui permet de dédier son travail artistique à la création de passerelles poétiques en jouant tantôt avec les rythmes de précieux et miniatures points lumineux, tantôt avec la circulation onirique d’effluves sonores. Ses créations sont des invitations où chacun peut prendre le temps, dans un délicat tourbillon, de redécouvrir son inépuisable richesse intérieure. Les fils guipés de soie, conducteurs, tissent inlassablement des liens étroits et bienveillants entre les pensées des mondes.

Diana Brennan a vu le jour en Australie. Elle a fait ses études de Beaux-arts à Sydney, avant de bénéficier d’une bourse du gouvernement français pour poursuivre sa formation en France. Puis elle enseigne plus de 20 ans au Lycée des Arts Appliqués Supérieurs-Duperré à Paris. Elle se découvre une passion pour la maille et parvient à détourner l’utilisation des machines à tricoter pour lui permettre d’y travailler des fils métalliques et de nylon. Elle est fascinée par la lumière qui réagit à travers ses créations. Particulièrement touchée par les incendies gigantesques survenus à l’est de l’Australie en 2019 / 2020 elle a voulu, à l’occasion de cette exposition, rendre hommage aux animaux et plantes disparus à la suite de cette catastrophe. Travailleuse obstinée, l’artiste ne cesse de s’interroger, de manipuler, de transformer toutes sortes de fils en d’étonnantes structures. C’est pourquoi on trouvera aussi dans cette exposition robes, encres, plantes et animaux issus de ses récentes recherches.

Pour l’artiste plasticienne et licière Sandrine Pincemaille, le principe du tissu fait partie intégrante de sa démarche. À la recherche d’équilibres, elle explore des rythmes, des constructions et des formes liés directement à la nature des matériaux utilisés. (Lire également ci-dessus). 

Informations pratiques 

Hôtel du Département
27, Boulevard de Strasbourg - 61000 Alençon
02 33 81 60 00 
Du lundi au vendredi de 8h à 18h sans interruption
Le dimanche après-midi de 14h30 à 18h
 
Important : cette exposition se déroule dans le strict respect des gestes barrières et des règles sanitaires gouvernementales en vigueur.